Frémissant doucement au frimas de Mars

Ta main,

j’avais ta main dans la paume,

comme chaleur douce éloigne la frousse,

crayon à papier, gomme, dans la trousse,

ta main main dans la main,

anime le chemin,

enlumine parchemin,

douce hermine rousse

Ta main au sable,

À la berge embrume,

Frémissement écume,

Vague à l’hume,

Ta main au creux soyeux,

Frémissant doucement au frimas de Mars,

Ta main frêle ferme,

où la mienne main prend refrain

3 commentaires

  1. Lorsque je lis ces vers j’ai l’impression de lire les souvenirs d’un enfants tenant la main de sa maman partout où elle l’accompagnait.
    Sinon, je vois le souvenir d’un homme qui parle d’un amour connu dès l’école primaire, un amour qui l’accompagnait partout, très complice.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.