Brisants à côte découpée

Brisants à côte découpée,
à couteaux tirés,
face à l’océan sévère
en vagues tiraillées

Ces paquets d’eau furieux
lancés à fond de cale,
contre d’épéroneux rocs,
plein vent pleine frasque

Écumeroles en corolle
le nez au vent
de rumeurs salines,
sculptent les écueils en patine rouille calcine

Retiré l’océan agite
à basse marée
ses jambes écumées,
danse lascive cadencée,
accorde au tumulte sa grâce iode et sel mélés

La cîme triomphante vitupère
vagues scélérates
carapate crabes carapaces
pour la gloire de la mer

11 réponses à « Brisants à côte découpée »

  1. Les bras océaniques vous étreignent amoureusement, c’est très beau.

    Aimé par 1 personne

    1. L’océan est inspirant, dans chacun de ses versant.

      J’aime

  2. ¡Precioso! Gracias por leerme. Nos seguimos. Abrazote.

    J’aime

  3. J’apprécie beaucoup ton voyage, une excellente destination pour ma mémoire
    Une si agréable atmosphère relaxante de la mer… Merci de suivre mon blog.

    J’aime

  4. quel vocabulaire ! j’apprécie …

    J’aime

  5. Merci pour votre suivi de mon blog et, ce faisant, pour me présenter le vôtre, que j’apprécie.

    Aimé par 1 personne

  6. Il est bon de se promener sur le rivage par temps gris et venteux . Cela fait frissonner et vous pénètre jusqu’à la moelle
    Amitiés
    Michel

    Aimé par 1 personne

  7. J’aime beaucoup ce poème qui parle si bien de la mer . Comme Yann je vois se dessiner une côte bretonne que je connais bien .

    Aimé par 1 personne

    1. Oui Gisèle, ce poéme pourrait se situer là.
      Ou ailleurs, libre poéme, libre inspiration, libres lieux

      J’aime

  8. Fort bel hommage à la mer et à l’océan dont tu décris la puissance, la beauté et la force.
    Lorsque je lis ce poème, j’ai l’impression de me trouver sur une des côtes de Bretagne, ce pays dont les côtes sont constamment attaquées par les vagues et qui résistent belliqueux.aux flots

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, Trigwen, c’est à voir chaque jour l’océan Atlantique jeter toute sa force sur les brisants de la pointe du Payré en sud Vendée que m’est venu ce poéme.
      Cela aurait tout aussi bien pu être toute autre falaise de la côte Atlantique.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :