De doux incurvés

Quel poids pèse tant
sur tes épaules
Que d’une coudée tu ne t’envole

L’étoffe des heureux
découpe à tes yeux
une moue soucieuse
et tes joues creuses

Creusent un sillon
douloureux,
adolescente à mille questions

tes pas posent au sable
De doux incurvés,
Plante du pied
Au rivage corsé

réponse à la vie
tes pas crissent silice
oeuvrent en silence
à la poésie

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.