Halo incertain

Monty guidon
Halo incertain

Halo incertain

où ton âme s’abime

je vois au loin

le lit hospitalier où

cette morphine déprime

amoindrit tes douleurs chagrines,

tourments que le masque mortuaire grime

tes yeux bleu azur noircis par

cette sépulcrale vestale

emportant tes ultimes râles

tu as fini de souffrir digne petit papa

je te tiens la main comme quand

à dos d’homme tu m’emmenais marcher dans la garrigue

la paume de ma toute petite main à ta paume gauche

au matin naissant tu tenais

tout auprès de toi Diane

tu tenais à nous nous tenons à toi,

nous sommes cette partie de toi qui reste

aux doigts recourbés par de vieilles blessures

ton esprit vif griffe

la brume matinale dessine aux nuages ton ultime sourire

la brume matinale dessine aux nuages ton ultime sourire

Je t’ai écrit ces mots le 15 Décembre 2021, tu étais encore un peu là, sur le départ, en partance, les heures s’amenuisant où ton absence ne pesait pas encore si lourdement sur nos vies.

Je n’ai pas eu le courage de lire ce poème le jour de ta crémation, d’autres me sont venus, je te l’avais murmuré au pied de la colline ce matin là, aujourd’hui j’ai tellement besoin de te dédier ces mots,

Je t’aime petit papa et je t’aimerais toujours