Allons cheveux aux vent sur Monty guidon ^^

 

Celles et ceux qui  m’ont suivi sur mon premier blog…

Celles et ceux qui m’ont suivi sur mon premier blog*, le savent et celles et ceux qui me rejoindront ici vont le découvrir, la mobilité tient une part importante dans mon approche de la vie.

Peut-être parce qu’elle ne m’a pas toujours été évidente ou accessible fut un temps.

Peut-être parce que j’ai pu apprendre par mes propres expériences de vie combien l’ont peut passer de vie mobile à vie maintenue immobile.

Passage piéton, voiture qui grille le feu et roule férocement dans les rues pluvieuses d’Angers.

Danger. Choc effroyable et absence de peur tant la vitesse a éteint la conscience.

Instant d’après je veux me relever mais ma jambe ne me tient, ne me retient plus.

Ambulance. Lit d’hôpital ou plâtre lourd sur jambe entière quand on a 6 ans apprend parfois bien durement le sens de la vie. Cette mobilité là oui; j’ai su et su très tôt qu’elle n’était pas acquise et que l’évidence du réflexe de la marche passait – après ces longs mois de sarcophage plâtré – par delà la rééducation fonctionnelle.

Pour réapprendre à marcher.

Sans peur sans appréhension.

La mobilité prend tout son sens quand on en a été privé.

Tout comme la liberté certainement.

Ici j’aborderai plus que les préoccupation du piéton qui essaie de se frayer un chemin dans la jungle urbaine. J’aborderai plus que la problématique du vélo en tant que moyen de locomotion. Plus que l’équitation ou la natation. Plus que les sports nautiques ou aériens.

J’évoquerai les préoccupations simples du quotidien du genre: comment marcher ou rouler sans risquer de se heurter à la passion des autres. Comment cohabiter ensemble dans l’espace urbain ou comment en faire autant à la campagne.

Découvertes de voies vertes, de vélorail ou de chemin de traverse dans le respect de la nature et sans lui imposer nos penchants destructeurs.

Découvertes sur les chemins de l’art et du savoir faire: souffleur de verre ou céramiste.

Découverte…

Alors oui, allons cheveux au vent sur Monty guidon…

ce

8 commentaires

  1. M’étant cassé une cheville, opérée etc.. physiothérapie et de longs mois avant de pouvoir remarcher sans aide. Marcher nous semble acquis, c’est quand on ne marche plus que l’on comprend combien c’est important de marcher et de pouvoir se déplacer. La marche fait partie de mon quotidien avec mon fidèle ami, mon chien. Merci d’avoir visité mon blog de poésie. Amitiés

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.