Parfums suaves du lendemain

Tangente esquive

Ascétisme circonspect des âmes éteintes

urgence incertaine qui motive les crimes défaites et renoncements

quel langage veux-tu que j’exerce sur ton esprit rebelle?

crois-tu que ces sermons parlent aux parfums suaves du lendemain ?

je suis dans l’instant
instinctivement instantanément
intrinsèquement

et pourtant
et pourtant
je ne laisserai jamais
aucun fil d’acier retenir
ma liberté

aucune certitude apprise par convenance complice ternir en connaissance, la fluide esquive,

tangente esquive, esquisse est-ce qu’il sait esquisser un sourire

plissement mutin des pommettes iriser éclat regard,
dégraffer à souffle dru
la piégeuse routine
où s’éteignent nos rêves

c’est un peu de nous
c’est un peu de tout
sait un peu tout ça
celle ceux celui
renoncer à monter le cheval

délaisser la selle, bravache cravache, ordres filasses, haras harasse

et qu’un équin compagnon soit vu en émotion
et non en conquête,
la plus belle conquête
de l’ode est une liberté censée sans selle
sans harnais,

sans sermon, sans ce ton cassant, semblant sec de
sentiment, sais-tu murmurer au doux naseau des chevaux?

Vers univers vert

Sylvanaile végétal, vert de green

Torrent
beuglant
cri du coeur

me garde bien
au fond de ces
certitudes adipeuses
qui font les tyrans
les méprisants
les négligents

ai sur la vie
un regard humble
curieux

épris de tout
émerveillement
renouvelé
chaque instant
sur la nature            

unie

vers univers vert

             végétal monde animal

une ossature souple
non calcaire
non stricte

non délimitée  

rameau veiné
     Sylvanaile végétal présent au vent

libre ivresse

païenne dévotion

à ces déesses faonales

humant air

humant terre

humus erre

Iris délice

Amore and more, Elles nos ailes, la muse

Ce que la bouche permet
ce que la langue
s’autorise

ce que la main
suggère
ce que le corps
adhère

ce que l’oeil
emmouille
ce que l’iris
délisse délice

ce que la peau
frémit
ce que le derme
délasse
ce que l’épris
délaisse

tisane opportune
décoction fortuite
breuvage druidique
philtre exhale
épris épresse râle
toile de jouy

somptueuse
drappée vestale
de la tenue d’Éve
où la dent dure
dresse fait ce
ballet ripaille

Rêve désir volontaire

Tangente esquive

À cette forme de réaction ou de non réaction,
renoncement rêve,
désir volontaire,
aspiration
se laisse lire en fonction
de cette forme de vie

déterminer par idée
préconçue
prémâchée
préformatée

ce que sera
ce que serait
notre devenir

d’être né fils de métayer
à Chateauponsac Haute-Vienne
un un janvier 1941
je deviendrais ou ne deviendrai pas

d’être née
fille de mineur de fond
à Denain Nord Pas-de-Calais

un neuf avril 1945
    je deviendrai ou ne deviendrai pas

que suis-je devenu
qu’ai-je vécu
qu’ai-je lu
qu’ai-je ri
à qui ai-je souri
à quel esprit de vie

ce à quoi ma naissance
me destinait, ce que l’on aimerait me dicter
ou ce que j’ai décidé

à vous de me le dire
avec le déterminisme académique
qui sclérose vos ternes préceptes éteints

votre flamme ne brille pas
ne chauffe pas
n’éclaire pas
ne brillera jamais
ne chauffera jamais
n’éclairera jamais

et ce n’est pas moi qui le décide

pour vous
ce n’est que vous

qui y avez renoncé