En terre de Saint Pardoux

J’ai dû laisser partir mon père

j’ai fermé sa maison

celle que l’océan

reprenait à l’horizon

– – –

J’ai enlevé la montre

à son poignet livide

son cœur battait encore

son souffle imperceptible

– – –

j’ai pleuré ce moment

et le pleure encore

demande des soignants

oripeaux exsangues

– – –

papillon volatile

évadé violacé

cabri facétieux

vers à soie de sa gangue

– – –

fringuant fripon fou

déclame flammèches hirsutes

aux brandons virevoltants

quelque part en terre de Saint Pardoux

____

~ Sylvain Lechair / Monty guidon ~

6 réponses à « En terre de Saint Pardoux »

    1. Inspiré des tourments de la vie.
      Merci ugetse

      J’aime

    1. C’est aussi ainsi le sens de la vie.
      Merci pour ces mots

      J’aime

Répondre à Vanelle Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :